Silence dans les rangs, on tourne!

Ici vous pouvez discuter de tout !!!

Modérateurs : lashnouff, Damien

Avatar du membre
lashnouff
Squatteur du forum
Squatteur du forum
Messages : 280
Enregistré le : dim. 26 mars, 2006 8:44
Poste occupé : Régisseur général
Localisation : Paris

Silence dans les rangs, on tourne!

Message non lu par lashnouff » mar. 26 sept., 2017 18:49

Silence dans les rangs, on tourne!
Episode 1: Jean-Yves Le Drian avait lancé le 2 mai 2016 une "Mission cinéma" au sein du ministère pour succéder au Bureau d'accueil des tournages, une instance qu'accueille chaque ministère. Elle a été officiellement lancé le 3 février dernier (voir mon post ici). Olivier-René Veillon, qui dirigeait la commission du film d’Ile de France, pilote cette mission.

Episode 2: le ministère des Armées va signer ce mardi ( 26 SEPTEMBRE 2017) une convention avec la Guilde des scénaristes afin de renforcer sa coopération avec le cinéma français, à l'instar du Pentagone et de Hollywood, et afin de promouvoir l'image des armées à l'écran. L'idée n'est pas de "s'américaniser", dans la représentation du héros militaire ou le prosélytisme anti-djihadiste, mais d'"inspirer" et de favoriser une description juste et non fantasmée de l'armée, dit-on de source militaire française.

"On passe la surmultipliée. Au lieu de se contenter d'accueillir les réalisateurs sur nos sites pour leurs tournages, on va développer le conseil très en amont afin d'aider à des fictions plausibles", déclare Valérie Lecasble, directrice de la Délégation à l'information et à la communication de la Défense (Dicod).

La fiction audiovisuelle est devenue "un outil potentiel de sensibilisation et de recrutement", concède-t-on aussi au ministère des Armées qui, pour l'instant, facture entre mille et quatre mille euros la mise à disposition de bâtiments pour une journée de tournage en Ile-de-France. Pas de quoi doper le budget des armées...

© lignesdedefense.blogs.ouest-france

Aux États-Unis, le Pentagone a très vite compris ce que le cinéma pouvait lui apporter en matière de communication, c’est à dire de « rayonnement ». Et l’on ne compte plus les fictions produites par Hollywood qui mettent en scène les forces américaines : il doit en sortir quelques dizaines par an, les plus récents étant « Tu ne tueras point » (Mel Gibson), USS Indianapolis (Mario Van Peebles), « War Machine (David Michôd), « Un jour dans la vie de Billy Lynn » (Ang Lee) ou encore « The Wall » (Doug Liman). Et c’est sans compter sur les séries, comme « Brothers », « Six » ou « Homeland ».

La filmographie française dans ce domaine n’est pas aussi fournie, même si certaines fictions font désormais partie des classiques du genre (« La 317e Section », « Le Crabe Tambour », « La légion saute sur Kolwezi; « Capitaine Conan », « La vie et rien d’autre », etc). Aussi, l’an passé, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, avait mis sur les rails une « mission cinéma ».

« Pour les armées françaises, il y là un enjeu de rayonnement majeur, qu’elles ne doivent plus ignorer. C’est pour cette raison que j’ai souhaité la préparation d’une stratégie dans ce domaine », avait expliqué M. Le Drian.

Cette « Mission cinéma » doit permettre aux professionnels de l’audiovisuel de « mieux appréhender et connaître l’action des femmes et des hommes du ministère de la Défense pour favoriser la création de nouveaux contenus audiovisuels et cinématographiques » traitant du monde militaire », avait-il été expliqué au moment de sa création.

Mais il est question d’aller encore plus loin dans cette approche. Fait inédit, le 26 septembre, la ministre des Armées, Florence Parly, et Pauline Rocafull, président de la Guilde française des scénaristes, ont en effet signé une convention cadre afin de « favoriser l’écriture de scénarios sur le thème de la défense. »

« Par vos projets […] vous permettrez à chacun de saisir un soupçon du quotidien de nos armées et de vibrer un peu avec elles. […] « Nous voulons montrer que ces références peuvent ne pas être toujours américaines », a commenté Mme Parly.

« L’objectif est de faciliter le développement de nouveaux contenus, tant audiovisuels que cinématographiques, liés aux enjeux de la défense, à ses réalités opérationnelles et à l’expérience des femmes et des hommes qui en sont les acteurs au quotidien », explique le ministère des Armées. Il s’agit également, poursuit-il, de permettre « aux scénaristes de bénéficier de conseils et d’expertise afin d’appréhender l’univers de la défense, dans le respect le plus total de leur liberté artistique. »

Ce dernier point pose question : où s’arrêtera la « liberté artistique »? « La Mission sera toujours présente pour vous aider, pas vous censurer », a promis la ministre », a assuré Mme Parly.

Au moment du lancement de la Mission cinéma, il s’agissait de « favoriser la création » tant qu’elle ne portât pas atteinte au « rayonnement » des armées. En clair, des projets du style « Les bidasses en folie » n’auraient évidemment aucun soutien.

Dans le cadre de cet accord, la Mission cinéma devra être « disponible pour participer au développement des projets, en mobilisant au sein des armées toutes les compétences nécessaires et en organisant des séjours d’immersion » au sein d’unités militaires pour les scénaristes.

Cela étant, la politique du ministère commence déjà à porter ses fruits. Plusieurs films concernant les Armées seront à l’affiche l’an prochain. « On aura en 2018 plus de films traitant de sujets défense sortant sur les écrans qu’il n’y en a jamais eu », a indiqué Olivier-René Veillon, le responsable de la Mission cinéma.

Ainsi, on trouvera Omar Sy et Mathieu Kassovitz [Le bureau des légendes] dans le film « Le chant du Loup », d’Antonin Maudry, qui portera sur les sous-marins nucléaires. « Volontaire », qui réunira à l’écran Hélène Fillières et Lambert Wilson [qui a tenu un rôle évoquant Guynemer en 1993 dans « L’instinct de l’ange], aura les commandos de marine pour toile de fond. Les forces spéciales semblent inspirer beaucoup les scénaristes puisque pas moins de quatre projets les concernent actuellement.

© opex360-Laurent Lagneau

avec de petites images de reportage LCI

http://www.lci.fr/cinema/video-se-rappr ... 65534.html


Enjoy !!!

Avatar du membre
lashnouff
Squatteur du forum
Squatteur du forum
Messages : 280
Enregistré le : dim. 26 mars, 2006 8:44
Poste occupé : Régisseur général
Localisation : Paris

Re: Silence dans les rangs, on tourne!

Message non lu par lashnouff » jeu. 28 sept., 2017 10:40

Les Armées et les scénaristes font leur cinéma

La ministre des Armées, Florence Parly, et la présidente de la Guilde française des scénaristes, Pauline Rocafull, ont signé le 26 septembre à l’hôtel de Brienne une convention cadre qui veut renforcer la coopération entre le cinéma français et les Armées.

Le monde de la défense et ses enjeux, les conflits, passés et présents, sont de longue date une source d’inspiration pour les scénaristes, en atteste la série Le bureau des légendes qui s’infiltre dans la vie d’agents de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) ou prochainement le film Le chant du loup, qui proposera une plongée dans l’univers de la force océanique stratégique française.

C’est pour accompagner ces créations et créer une relation de confiance entre le Ministère des Armées et les scénaristes, réalisateurs et producteurs qu’a été créée en juin 2016, la Mission cinéma. S’adressant aux scénaristes, Florence Parly a déclaré : « La Mission cinéma se tiendra toujours présente pour vous aider dans vos projets. Elle pourra prodiguer des conseils, permettre des tournages, mettre à dispositions des matériels. Quand il s’agit de cinéma et défense, la référence est souvent américaine. C’est un peu à la guilde des scénaristes, un peu grâce à cet accord, que je me dis que nous n’avons pas grand-chose à envier aux américains. »

Un pont entre deux mondes

En offrant conseils, expertise ou encore des séjours d’immersion, la Mission cinéma veut donc donner la possibilité aux professionnels de l’audiovisuel de mieuxappréhender les réalités opérationnelles et l’expérience des femmes et des hommes du ministère des Armées. « Cet accord est une chance pour le cinéma français. Je me réjouis de cette porte grande ouverte, c’est un pont entre deux mondes » résume Pauline Rocafull, la présidente de la Guilde française de scénaristes, syndicat qui représente près de 350 scénaristes travaillant pour le cinéma, la fiction TV et l’animation. Au regard de l’intérêt et de l’enthousiasme de l’assemblée, composée de nombreuses personnalités du cinéma français, présente pour la signature de cet accord, nul doute que les idées vont fleurir. Rendez-vous dans les salles obscures !




http://www.defense.gouv.fr/actualites/a ... eur-cinema

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité