De l’affaire Sarah Jones aux questions de sécurité...

Des infos sur des nouvelles règlementations ? des questions sur nos droits et devoirs ?

Modérateurs : lashnouff, Damien

Avatar du membre
Stéphan Guillemet
Nouveau venu
Nouveau venu
Messages : 16
Enregistré le : jeu. 22 juin, 2006 18:23
Poste occupé : Régisseur général
Localisation : Paris, France, Europe, Monde
Contact :

De l’affaire Sarah Jones aux questions de sécurité...

Message non lu par Stéphan Guillemet » lun. 09 nov., 2015 13:40

Bonjour,

L'AFR vient de mettre en ligne un article concernant les problèmes de sécurité et les responsabilités pénales sur les tournages français, à partir du cas "Sarah Jones".

Lien vers l'article : https://frama.link/bb1AgzhA

Pensez-vous qu'un tel évènement est susceptible de se produire en France ?
Avez-vous déjà été confronté à des situations que vous avez jugé "dangereuses" ?
Stéphan Guillemet - Régisseur général - http://www.afrcinetv.org/membre/stephan-guillemet/.
Observateur attentif de l'évolution des métiers de la régie moderne.

Avatar du membre
lashnouff
Squatteur du forum
Squatteur du forum
Messages : 274
Enregistré le : dim. 26 mars, 2006 8:44
Poste occupé : Régisseur général
Localisation : Paris

Re: De l’affaire Sarah Jones aux questions de sécurité...

Message non lu par lashnouff » mer. 11 nov., 2015 17:13

J’ai bien lu la dramatique histoire de Sarah Jones, c’est dramatique parce que l’on ne doit pas mourir pour un film ….

Pour répondre à ta question sur les responsabilités si cela arrivait en France.

A mon sens les responsables sont :

TOUT D’ABORD CE CONNARD DE COMÉDIEN QUI POUR UN CACHET DE MERDE A ETE ASSEZ STUPIDE POUR SE METTRE SUR UN LIT D’HÔPITAL EN TRAVERS DE VOIE DONT LA CIRCULATION N’EST PAS COUPÉE.

A CE CONNARD DE REALISATEUR QUI POUR UNE VISION ARTISTIQUE DE MERDE N’A PAS HÉSITÉ À METTRE DES VIES EN JEU.

Nous en revenons à l’expérience de MILGRAM (expérience qui cherche à évaluer le degré d'obéissance d'un individu devant une autorité qu'il juge légitime et à analyser le processus de soumission à l'autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet). Nous devons toujours avoir cela à l’esprit.

- Le producteur, même si il n’est pas sur place, en tant que responsable du film.

- Le directeur de production en tant que représentant du producteur et de la production.

- Le 1er assistant réalisateur et le régisseur générale en tant que responsable de l’organisation et de la mise en place du plateau.

- Le chef déco et l ’accessoiriste qui ont mis le lit en travers des voies.

A un moindre niveau :

- Le chef machiniste, le chef électricien le directeur photo qui devaient êtres beaucoup plus loin pour avoir une belle vue d’ensemble sur le lit.

En gros sur ce cas de figure tout les cadres responsable sur place au moment du drame à des degrés divers et les membres de l’équipe qui à aucun moment dit : Heu … je ne suis pas vraiment sûr, là c’est dangereux….

Au titre de l’article 121-3 du code pénal « de mise en danger délibérée de la personne d'autrui ». © legifrance

Je m’étonne aussi de la non présence d’un membre responsable de la société de chemin de fer.

A aucun moment je leur jette la pierre. Comment aurai-je réagis à leur place face au charisme du réalisateur, parce qu’il faut une bonne dose de charisme pour convaincre des personnes de mettre leur vie en danger, à la pression du directeur de production et autre. Je ne suis pas infaillibles.

Pour savoir si cela a des chance d’arriver en France.

Je parle de mon expérience (RATP, SNCF et SNCB)

Vous le savez tous lorsque nous tournons avec des trains ou sur les emprises des ces sociétés nous remplissons un plan de préventions.

Lors de ces tournages j’ai toujours eu la présence d’un ou des représentants la société qui ont toujours été très stricte sur ce que l’on pouvait faire ou pas.

Cela dit c’était toujours en gare sur quais ou couloirs. Au vue des contraintes sur les emprises « non dangereuses » je n’imagine pas un seul instant que pour un tournage sur le bord de voies ouvertes qu’aucun responsable ne soit présent et que l’équipe de tournage ne soit pas encadrée par une équipe de sécurité comme ce que l’on peut voir lors de travaux sur les voies , équipe encadrée gilets fluo corne de brume drapeaux etc. .

A mon avis ce genre d’accident ne pourrait avoir lieu en France, mais nous ne sommes à l’abris de rien.

Savoir si j’ai déjà eu des expériences dangereuses justement dans une gare secondaire circulation ouverte, nous étions encadrés par deux agents de la SNCB, de plus il y avait un message d’alerte sonore spécialement pour nous dès qu’en train allait arriver et traverser la gare pleine bourre.
L’ingénieur du son concentré avec sa perche et son Nagra® a l’époque , avec le casque sur les oreilles dans sa bulle perche dépassant du quai n’ayant pas fait cas des annonces a faillit être percuté et emporté par le train. Je me souvient de sa tête et de son regard quand je l’ai tiré sur le quai. Sa première réaction énervement et colère j’était stagiaire à l’époque, il allait m’insulter mais le train est entré en gare a fond et bien en un quart de seconde l’expression a été toute autre il était livide.
Accident mortel évité.

Il faut savoir qu’en France il y a un article du code du travail qui met les employés à l’abris de ce genre d’événement sans crainte pour la perte de son job.

Article L4131-1, LE DROIT D’ALERTE ET DE RETRAIT .

Le travailleur alerte immédiatement l'employeur de toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu'elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu'il constate dans les systèmes de protection.

Il peut se retirer d'une telle situation.

L'employeur ne peut demander au travailleur qui a fait usage de son droit de retrait de reprendre son activité dans une situation de travail où persiste un danger grave et imminent résultant notamment d'une défectuosité du système de protection.
© legifrance

Alain.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité